Témoignage de Véronique : Soulager la douleur grâce à l’alimentation

Témoignage de Véronique : Soulager la douleur grâce à l’alimentation

Bonjour à tous,

Je me présente, je m’appelle Véronique, j’ai 41 ans et je suis la maman de trois merveilleux enfants dont Solange, 19 ans, handicapée et qui cumule six pathologies différentes dont une dystonie musculaire généralisée.
Il y a quelques années, j’ai dû apprendre à soulager ma fille autrement qu’avec des médicaments qui ne fonctionnaient pas et la médecine allopathique n’avait plus rien à proposer pour la bonne raison que ma grande a des maladies rares, je me suis donc tournée vers les médecines alternatives et d’autres solutions naturelles.
Et si aujourd’hui j’écris cet article, c’est pour vous faire partager mon expérience, mes astuces qui fonctionnent et peuvent être mises en place facilement, mais surtout pour vous démontrer que vous pouvez agir vous même sur vos douleurs, que vous êtes acteur de votre santé, vous avez le rôle principal et que sans vous rien ne peut changer.

Il n’y a pas longtemps, les scientifiques ont découvert un nouvel organe « le microbiote », composé de milliards de bactéries très utiles, qui permettent de nous protéger contre certaines maladies et nous aident à digérer. Mais le microbiote contient aussi des neurones, autant que dans le cerveau d’un chien, ce qui signifie que notre intestin communique avec notre cerveau, entre autre par l’intermédiaire du nerf vague qui part de la tête et qui se termine en de nombreux filets nerveux distribués au foie, à l’estomac et à l’ensemble des viscères de l’abdomen.

Tout ça pour vous dire que tout ce que vous mangez a un impact sur votre microbiote, et si les aliments que vous consommez dégradent et perturbent son fonctionnement, le cerveau sera touché aussi à long terme. Cela explique également que les personnes ayant une maladie neurologique ont souvent des troubles gastro-intestinaux.
Malheureusement de nos jours, la plupart des aliments que nous consommons ont subi de nombreuses transformations moléculaires. Certain de ces aliments classiquement considérés comme « sains » sont devenus totalement indigestes pour
certains d’entre nous comme certaines céréales (le blé, le maïs), les laitages animaux (sous toutes leurs formes) et les cuissons excessives en particulier des graisses et des protéines animales. De plus, les sols sont appauvris, traités pour la plupart à grand renfort de pesticides, contaminés par les métaux lourds, et si l’on voudrait retrouver l’apport en vitamines C d’une pomme de 1950, il faudrait en manger 100, d’où l’importance de se supplémenter en vitamines et minéraux.

Et il se trouve qu’il y a 5 ans, nous avons consulté un médecin généraliste et homéopathe qui nous a tout simplement suggéré de changer d’alimentation, et étant prête à tout pour améliorer notre santé, je me suis lancée et nous avons adopté l’alimentation anti-inflammatoire, appelée aussi « régime hypotoxique » ou « régime Seignalet ». Cette alimentation est totalement équilibrée, diversifiée et ne comporte aucun danger, c’est pour cette raison que je n’aime pas le mot « régime ». La méthode est donc « sans gluten », « sans caséine » et préconise du frais, du crus et des cuissons douces, le but étant de supprimer tout ce qui peut être inflammatoire, qui a pour conséquence d’augmenter les douleurs voir même de les provoquer. C’est le cas du sucre « blanc » ou raffiné, qui a été transformé, blanchi par un traitement chimique et qui ne comporte aucun intérêt nutritionnel, autrement dit c’est un aliment vide qui consommé en excès devient nocif, il vaut donc mieux en diminuer la consommation et utiliser du sucre complet type rapadura, muscovado ou sucre de fleur de coco qui n’ont pas subi de transformation et qui contiennent encore leurs nutriments.

La viande rouge doit être consommée une fois par semaine pas plus. Attention également au café, au tabac et à l’alcool.

Et la dernière chose, pas de produits industriels ultra-transformés dont la liste des ingrédients est longue comme le bras et qui contiennent des E machin chose ou des aliments dont le nom est incompréhensible. Rien ne vaut la cuisine maison, bien
meilleurs sur tous les plans, faites avec des ingrédients bruts, frais, de préférence bio et local. Lorsque vous faites vos courses, seules les mentions « bio », « label rouge », « AOC », « AOP » et « IGP » sont des certifications officielles avec des normes contraignantes, en revanche toutes les autres mentions sont trompeuses et ne devraient pas être utilisées.

Ce qui fait le succès de cette alimentation, c’est son efficacité. Les résultats se font sentir sur des petits maux mais aussi sur de nombreuses maladies chroniques. Le délai d’action varie de 1 mois à 1 an mais la plupart des gens ressentent des effets
rapidement. Pour ceux qui ont accumulé beaucoup de toxines, on peut observer une période temporaire d’aggravation des symptômes qui correspond à une phase d’élimination des toxines. Quand cette période est terminée, les bénéfices de cette
alimentation sont ressentis, il faut parler de rémission et non de guérison car l’abandon de la diététique est, en général, suivie d’une rechute après quelques jours, semaines ou quelques mois. Cette alimentation permet souvent de diminuer voir d’éliminer certains traitements (les anti-douleurs par exemple) avec l’accord du médecin traitant.

J’espère que cet article vous a plu, qu’il vous a été utile et surtout qu’il soit une prise de conscience pour débuter une transition alimentaire qui vous aidera à aller mieux et vous soulagera durablement.
Et n’oubliez pas, à l’image de la nature et de sa biodiversité, notre microbiote est notre jardin intérieur, prenons-en soin, cultivons-le pour faire fleurir notre être.

P.S : Pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet, voici quelques livres qui pourront vous guider et répondre à vos interrogations.
– « Ces glucides qui menacent notre cerveau », Dr David Perlmutter
– « L’alimentation ou la troisième médecine », Dr Jean Seignalet
– « Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation », Jacqueline Lagacé

Témoignage original, non modifié par AMADYS, sous réserve d’avis médical et bibliographique.